Autisme France Association reconnue d'utilité publique
 
 
 
 
 
 

Editorial de la revue

Éditorial août 2020

 

La pandémie a bouleversé nos habitudes, aggravé souvent nos conditions de vie, quand les services qui nous aidaient ont été fermés ou ont fonctionné au ralenti. La reprise est compliquée, très progressive, et beaucoup de familles voient arriver avec angoisse les vacances, après trois mois éprouvants. Nos enfants sont malheureusement aussi autistes pendant les vacances, et les possibilités d’aide se réduisent, d’autant qu’une malencontreuse directive d’une administration de l’Etat a réduit l’offre de vacances adaptées.

 

Les chantiers en cours ne nous rassurent pas forcément. Le Ségur de la Santé est à l’évidence hospitalo-centré et le handicap n’est pas sa priorité. Les communautés 360 et le numéro d’appel qui y est joint partent d’un constat d’évidence : les familles ne savent vers qui se retourner quand elles n’ont aucune solution, mais l’offre pour l’autisme et surtout les formes sévères d’autisme, est largement inexistante : intervention précoce, soutien à la scolarisation, foyers pour les adultes, etc…Le numéro d’appel pour l’école inclusive ne fera pas renoncer certaines MDPH à leurs tentatives récurrentes pour exclure les enfants autistes du milieu ordinaire ou les soumettre à la psychiatrie, et il ne changera pas magiquement les représentations largement négatives et erronées de l’Education Nationale. Si la création de la cinquième branche de la Sécurité Sociale est une avancée, demandée depuis longtemps, nous craignons que son périmètre, l’autonomie, ne soit restreint aux personnes âgées, au moins parce qu’aucun rapport ne s’est à ce jour penché sur l’évaluation financière des besoins des personnes handicapées.

 

Nous vous invitons nombreux à notre congrès du 5 décembre : à dessein, il reprend le slogan de la stratégie autisme : changeons la donne. Accéder au diagnostic, aux soins, à l’écrit, aux interventions précoces, à la scolarisation, à la vie sociale, reste un défi pour de nombreuses personnes autistes, et nécessite de modifier en profondeur le contexte de l’existant : l’existant doit changer pour s’adapter aux personnes autistes, et pas le contraire. Leur parole et leurs droits doivent être respectés : elles sont souvent trop vulnérables pour s’exprimer elles-mêmes, et il est plus que temps de rendre leur légitimité aux associations de familles qui portent les combats de l’autisme depuis des décennies.

 

 

Danièle Langloys et le Conseil d’Administration

 

 

 
Dernière modification : 04/08/2020
 
 

NOTRE REVUE

LA LETTRE D'AUTISME FRANCE

 

NOS PARTENAIRES

 

ALM_1_CMYK0072_2C

 

 

LIENS UTILES






 

Logo-Canal_Autisme'