Autisme France Association reconnue d'utilité publique
 
 
 
 
 
 

Editorial de la revue

Éditorial revue 70

 

La grande inquiétude du moment, ce sont les travaux du plan autisme 4.

 

Certes le lancement de la concertation a eu lieu à l’Elysée avec une certaine solennité et la présence du Président de la République et de 4 ministres. On ne pourra pas reprocher à Mme Cluzel son manque d’engagement : elle est très active, et la société inclusive comme le travail interministériel, sont depuis longtemps ses chevaux de bataille.

 

Il reste que nous n’avons pas trop de quoi nous réjouir. Les deux tiers des mesures du plan 3 n’ont jamais vu le jour, et une partie de celles qui avaient commencé à être mises en œuvre, par exemple la certification autisme des travailleurs sociaux, l’audit des établissements de formation en travail social, la mesure Aide Sociale à l’Enfance et autisme, sont à l’abandon.

 

Le comité de suivi du plan 3 ne se réunit plus : il a d’ailleurs perdu sa présidente, qui n’a pas été réélue députée. Quant à la nouvelle cheffe de projet, Delphine Corlay, elle est déléguée du Comité Interministériel du Handicap pour les plans interministériels : nous n’avons donc plus de cheffe de projet uniquement pour l’autisme. Il est difficile d’y voir un progrès.

 

Nos demandes restent les mêmes : affirmation d’une volonté politique forte de faire les changements nécessaires, refonte de toutes les formations initiales et continues, contrôle de la qualité des services, soutien massif aux familles, gouvernance du plan 4 avec les usagers (pour le moment toutes les réunions se font sans les associations, jamais consultées), prise en compte enfin des adultes dans leur diversité.

 

Et je reviens à Rachel : troisième renouvellement du placement ; en Isère, on peut annuler un appel : l’appel pour la deuxième mesure de placement de 2016 n’a jamais eu lieu. Rachel fait l’objet d’un acharnement incroyable et sexiste, ses enfants sont maltraités et privés des soins que justifierait leur handicap. A Grenoble, les juges se permettent de poser ou contester des diagnostics, sans que personne ne bouge. Pas de plan 4 sans que le problème de Rachel soit réglé : ses enfants doivent lui être rendus. Justice pour Rachel !

 

Danièle Langloys et le Conseil d’Administration

 

 

 
Dernière modification : 21/07/2017

DON EN LIGNE

> Faire un don en ligne
en cliquant ici

 

COTISATION

> Payer votre cotisation
en cliquant ici

 

SERVICE JURIDIQUE

SOS
Réservé aux adhérents

> Renseignements complémen-taires


> Chronique du scandale ordinaire
 

NOTRE REVUE

LA LETTRE D'AUTISME FRANCE

Couv_Revue_69_BD

 

NOS PARTENAIRES












 

LIENS UTILES






 


Vos recherches via veosearch génèrent des revenus qui seront versés directement à Autisme France. Vous pouvez visualiser quotidiennement le montant généré.